pollution2Sur 338 villes chinoises où la qualité de l'air est mesurée, près des deux tiers (63,5%) ont un niveau de pollution de l'air considéré comme moyen ou grave, les régions les plus affectées étant le sud et le sud-ouest du pays, selon une étude de l'Institut chinois des sciences environnementales et l'Université Qinghua citée vendredi par l'agence Chine nouvelle. Au total, 30% du territoire chinois souffre des pluies acides. Globalement, la pollution atmosphérique coûte à la Chine 2% à 3% de son Produit intérieur brut (PIB) et les pluies acides provoquées par le dioxyde de souffre engendrent des pertes supérieures à 110 milliards de yuans (13,3 milliards de dollars) par an, selon des experts chinois qui, de surcroît, n'ont pas encore estimé les impacts sur la qualité de l'eau, ni l'effet érosif sur les immeubles. Les émissions de dioxyde de souffre augmentent rapidement en Chine, notamment à cause de l'importante utilisation de charbon de mauvaise qualité ou de techniques de combustion surannées dans les centrales thermiques. Les émissions de dioxyde de souffre se sont élevées à 6,6 millions de tonnes en 2002 et atteindront 12,86 millions de tonnes en 2005 si elles continuent à progresser au rythme actuel, selon l'étude. Récemment, le China Daily avait rapporté que la construction de nouvelles centrales au charbon était désormais interdite à Pékin, Shanghai et dans 21 capitales provinciales. Le PIB chinois s'est élevé en 2002 à 1.237 milliards de dollars. Chine nouvelle ne précise pas le poids des sources de pollution atmosphérique autres que le dioxyde de souffre.

Source : Agence France Presse